Chúc Tết, từ thân hữu Tin Văn


Feb 3 at 11:08 AM

Simone Weil
Goi bac mot doan hay moi doc sang nay:
 
«Dire que le monde ne vaut rien, que cette vie ne vaut rien, et donner pour preuve le mal, est absurde, car si cela ne vaut rien, de quoi le mal prive-t-il ?», ou encore : «Le malheur contraint à reconnaître comme réel ce qu'on ne croit pas possible.»
 
Google dich nguyen van, chu “tước đi” hay qua.
 
"Nói rằng thế giới là vô giá trị, rằng cuộc sống này là vô giá trị, và để chứng minh cái ác là vô lý, vì nếu nó là vô giá trị, cái ác sẽ tước đi điều gì?" Hay, ‘’bất hạnh buộc phải công nhận là có thật những gì không thể tin được."
 
 
Tren Facebook  cua nha van Christiane Rancé

54 phút · 

Il y a, en amitié, des coups de foudre qui tiennent à une phrase trouvée dans un texte, un livre ouvert ouvert au hasard, une œuvre entière qui porte en vous le grand large de la pensée et du monde. Dès lors, son auteur, que vous ne connaissiez pas, entre à jamais dans votre vie. Il devient votre ami, - votre ami le plus sûr. C'est ainsi qu'à l'âge de quinze ans, j'ai rencontré Simone Weil par la « Pesanteur et la Grâce ». Je suis sortie transformée par cette lecture : Ainsi, penser à soi ne pouvait-être que réfléchir. Et réfléchir, faire attention. Comment oublier des phrases comme : «Dire que le monde ne vaut rien, que cette vie ne vaut rien, et donner pour preuve le mal, est absurde, car si cela ne vaut rien, de quoi le mal prive-t-il ?», ou encore : «Le malheur contraint à reconnaître comme réel ce qu'on ne croit pas possible.» Par la suite, j'ai eu le privilège de rencontrer Charles Ronsac, qui avait partagé avec Simone Weil les heures fiévreuses de la revue «La critique sociale», qu'avait lancée dans les années 30 Boris Souvarine, à laquelle avaient aussi participé Raymond Queneau ou Michel Leiris. Charles Ronsac avait été son camarade, et dès lors, Simone Weil s'invitait toujours lors de nos déjeuners dans cet étrange, immense et toujours désert restaurant chinois du 8ème arrondissement où nous nous retrouvions le mercredi. Elle l'avait bouleversé par son intuition fulgurante de la vérité ; et bien plus tard, bien après sa mort, elle continuait à le bouleverser par ce qui lui avait échappé, de la lente germination de Dieu en elle. C'est à Charles Ronsac que je dois l'idée de mon propre livre, d'embrasser en même temps, dans la courbe de vie de Simone Weil, sa vision politique, qu'elle nous a léguée dans son «Enracinement», et son entrevision mystique, qui embrasse à la fois la Beauté, le Temps et le malheur. A mes amis, en ce 3 février, à l'occasion du cent dixième anniversaire de sa naissance, je ne peux conseiller que la lecture de cet être entièrement d'amour, qui nous a fait l'amitié de nous illuminer, comme une comète éclaire la nuit, de son œuvre essentielle, et de son exemple.

Tks

Chuc Mung Nam Moi toi O & Gia Dinh
NQT


Note: Ba vị thân quen của Tin Văn thì đều là dân Huế. Hai vị O & K còn là bạn học thời trẻ.
K khi đó chưa làm trang ar2all, nhân lướt net, gặp trang Tin Văn, bèn viết thư làm quen.
O. do đọc cái thư của K nên có hứng bèn cũng viết thư làm quen, 1 việc mà vị này, chưa từng làm bao giờ, đọc thư của K nên tiện thể.
Bạn có thấy ly kỳ không?
Vị O này, rất mê Simone Weil, do Tin Văn viết về Weil, mà bà vô tình đọc được, nên mới viết thư cho Tin Văn.
Nhưng, ly kỳ hơn nữa, là vị bằng hữu mới quen, cũng dân Huế. Và Gấu biết đến vị này, là qua… Weil.
K. rất thương,
Không ngờ bức thư đó là K. viết. Lần đầu khi đọc thư đó, nghĩ ai mà viết giống ta thế! Ai ngờ, là bạn ta!
Ta rất ngại khi viết thư cho các tác giả, và chính nhờ bức thư đó của K. mà ta có can đảm làm quen với tay Hai Lúa này. Cách viết, cách nói của Hai Lúa có một cái gì thân mật, chân tình nên cũng đáng nói chuyện!
Comments




 
 

Comments

Popular posts from this blog

TDT

Hoàng Hạc Lâu

Bi Khúc